francais allemand

Vozama : sauvons les enfants malgaches !

Actualité Générale - 12/12/2015

Frère Claude, l’humour et la conviction…

  • Remise de la légion d'honneur par François Brunagel

Lorsque Frère Claude a parlé, souvent tout est dit : il n’est pas homme à… envoyer dire. Raison de plus pour compléter son récit par un éclairage extérieur. Il vient d’un ami cher, François Brunagel. L’homme est bien placé pour ça : ancien patron du Protocole du Parlement européen et fin diplomate, il a aussi été l’élève de Frère Claude jadis au Collège de Matzenheim. Coopérant dans les années 60, avec son épouse Marie-Thérèse, à Fianarantsoa, il est toujours resté en contact étroit avec le directeur général de Vozama. Il en livre ici un portrait attachant, au travers d’un épisode pittoresque qui signe le… « style Frère Claude ».

« Dès notre arrivée à Fianarantsoa, ce samedi après-midi de 2005, nous fîmes part à Frère Claude de la venue le lendemain soir d’une mission de GROUPAMA1 rencontrée à bord de l’avion entre Paris et Tana, grâce à la présence d’un ami alsacien. Nous n’eûmes aucun mal à le convaincre qu’il fallait intéresser ces visiteurs à son travail à Vozama car nous avions largement éveillé leur curiosité à bord de l’Airbus. Dès leur appel, depuis l’hôtel dans le bas de la ville, nous nous rendîmes, ce dimanche soir, à leur rencontre. L’accueil de Claude, séduisit d’emblée nos explorateurs venus à Madagascar pour s’enquérir de projets humanitaires à soutenir. La simplicité de Claude, l’énoncé de quelques connaissances communes qu’il partageait avec l’Alsacien du groupe, sa spontanéité chaleureuse firent le reste : deux bières (de la THB locale) plus tard, on décida que tout le groupe, dès le lendemain matin, partirait à la découverte de la Vakoa ! Dès 7 heures du matin, après avoir fait chez le Chinois de Talatamaty le plein de bière fraîche, de baguettes et de fromage, nous partîmes en deux voitures jusqu’à la Vakoa. Nos amis, - et nous aussi d’ailleurs - , nous fumes épatés par ce qu’on découvrait, au plein milieu de la brousse. Et là, ce fut du « grand » Frère Claude ! Des explications claires et simples, des constructions nettes et avenantes, avec portes et fenêtres justes posées avant la saison des cyclones grâce à un financement d’une association bruxello-européenne, « Femmes d’Europe ». Et puis un centre de réunion pour la formation des familles des enfants scolarisés grâce à Vozama, des cours d’initiation à l’hygiène, une sensibilisation aux dégâts de la déforestation et donc au besoin de refaire des plantations… Pour nous et nos visiteurs aussi, l’heure de passer aux travaux pratiques allait sonner. Petit parcours dans les « tanettes » (petites collines), avant le déjeuner, pour voir pousser eucalyptus et bananiers, et puis, plantation, par chacun d’entre nous, d’un arbrisseau. Ces jeunes pousses s’en souviendront à vie, car Claude, toujours aussi discrètement, vint étiqueter chaque plan du prénom de son « planteur - tuteur »! Déjà le souci de la traçabilité ! Quelle délicatesse ! Mais ce n’était pas tout. Voulant probablement nous rappeler sa dimension spirituelle, jusque-là effacée devant l’aménageur-planificateur, paysan, arboriculteur, Claude décida qu’il fallait bénir nos fières plantations pour les assurer de la pérennité, sinon de l’éternité. Il sortit de son sac une fiole d’eau, qu’il avait probablement bénie in petto, en fait une bouteille d’eau de vie (sic). Après que nous eûmes respectueusement humé le délicieux nectar, il en versa quelques gouttes au pied de chaque arbuste qui du coup fut pris d’un spasme de jouvence prometteur ! Le ton était donné. Ce religieux, rencontré moins de 24 heures plus tôt, était donc pour nos visiteurs, «la découverte» inattendue. La visite, l’après-midi, du village en face de l’autre côté du vallon, la rencontre avec l’instituteur portant la blouse bleue rebrodée au nom de Vozama, la vue de ces charmants petits, écrivant nombres et lettres sur des ardoises, dans une case construite par les villageois pour servir d’école, finirent par les convaincre de la pertinence de la démarche pédagogique de Frère Claude et de ses équipes. Le retour se passa presque en silence, traduisant l’humilité des visiteurs devant tant de grandeur discrète, de foi persévérante dans les capacités de développement de ces gens simples, mais si volontaires, devant tant de conviction communicative de ce Frère alsacien qui féconde son action avec la force de l’esprit et celui de l’eau de vie de ses ancêtres ! L’humour et la conviction, voilà le cocktail de séduction de Frère Claude ».

François et Marie-Thérèse BRUNAGEL
Coopérants à Fianar - Talatamaty en 1971-1972 

1 L’Alsacien de la mission était Daniel Bentz, devenu un ami de Frère Claude, et depuis cette rencontre Groupama soutient Vozama.

Adoptez une école… et le village décolle ! Pour toute question contactez-nous au 09 67 35 35 65 / 06 66 03 38 57 ou contactez-nous par mail : contact@vozama.org
Mentions légales - @ Vozama 2015