francais allemand

Vozama : sauvons les enfants malgaches !

PROJET ASSOCIATIF

Le préscolaire à Madagascar est souvent cantonné aux grandes villes, au profit d’enfants issus des familles riches. Vozama et son réseau de près de 750 postes, fréquentés par quelques 10 000 enfants, l’ouvrent aux plus démunis des régions rurales isolées, grâce à une prise en charge de qualité. Les parents y sont associés de bout en bout. Initiée sur un projet scolaire, l’action de Vozama s’est élargie et structurée au fil des ans. Dans cette démarche multiforme, l’éducation reste la clé du développement dans tous les domaines.

 

Très tôt à l’école, en cœur de village, au contact des parents

C’est en gros jusqu’à 8 ans que l’enfant, perméable à l’acquisition de nouvelles compétences, construit la base de son développement intellectuel, affectif, physique et social. Les soins reçus et l’encadrement alors prodigué influent sur la scolarité primaire et déterminent la construction du jeune adulte.

Les postes d’alphabétisation sont installés dans un local mis à disposition par la communauté. Les « enfants Vozama » y savent presque tous lire, écrire et compter après deux ans, prêts à intégrer la deuxième année des écoles primaires, publiques ou privées, du programme officiel. Un cursus qui, sans cette intervention, n’aurait peut-être jamais démarré.

Reconnaissants que l’on s’occupe de leurs enfants, dans des zones enclavées où le préscolaire est un luxe inaccessible, les parents s’engagent dans les Comités villageois (CV) où ils vivent une dynamique de développement par l’alphabétisation et la connaissance.

Formations : pragmatisme et exigence

Tous les deux mois, les membres des CV se déplacent - parfois  à deux heures de marche- pour rendre compte de leur activité et recevoir une formation liée au développement. Au programme : planning familial, hygiène et santé, techniques agricoles (planter l’igname, protéger des sols, reboiser), construire des latrines, gérer les pistes et adductions d’eau pour les villages, etc. Vozama y affecte des expertises dédiées. Une mobilisation communautaire essentielle pour agir efficacement : chaque année quelques postes Vozama sont fermés, faute de motivation des acteurs, et l’action réorientée au bénéfice de parents plus motivés.

Environnement : préserver ensemble

Face au désastre de la déforestation liée aux prélèvements à usage domestique, Vozama reboise. Une démarche délibérément communautaire qui familiarise les paysans à la création et à l’entretien d‘une forêt : trouaison, débroussaillement, taille, entretien de pare-feu, préservation des sols, etc. Parallèlement, en partenariat avec l’ONG suisse ADES, Vozama diffuse en milieu rural un cuiseur performant qui consomme jusqu’à 65 % de charbon de bois en moins.

La pépinière ouverte à Fianarantsoa en 2014 a produit depuis des centaines de milliers de plants. Les espèces autochtones, comme le hintsy, le khaya, le baobab, le canarium et le katrafay y sont promues.

On apprend mieux en bonne santé

Vozama développe un programme de santé scolaire pour améliorer les résultats d’apprentissage. En partenariat avec des structures médicales, Vozama aide également à soigner de nombreux enfants démunis souffrant de pathologies lourdes, non curables en brousse : fentes labiales, tuberculoses osseuses, hernies, pieds bots, tumeurs…

Les animateurs et monitrices sont invités à repérer les symptômes : les enfants sont envoyés aux Centres de santé de base (CSB), petites unités de soins disséminées en brousse. Pour les cas graves, Vozama accompagne les familles en parcours de soins dans des structures urbaines.

Hygiène : agir et prévenir

L’utilisation des latrines, le lavage des mains, l’importance de boire de l’eau potable, l’hygiène alimentaire, sont évoqués dans toutes les formations. Le manque d’équipements sanitaires des écoles et villages entrave le changement des habitudes. Pratiquement aucun enfant n’a vu - ni utilisé - une brosse à dents et du dentifrice à la maison : Vozama en distribue, et apprend à s’en servir. Les élèves Vozama bénéficient également de soins dentaires, partout où c’est possible.

Eau potable : tout le monde se mouille

L’eau est présente dans les zones d’intervention de Vozama, il reste à en optimiser le captage et la distribution. Les systèmes d’adduction mis en œuvre y sont de type gravitaire, adapté aux conditions géophysiques et économiques en milieu rural semi-montagneux.

Conformément aux principes d’intervention de Vozama, les bénéficiaires de nos programmes doivent s’impliquer et participer financièrement. Réunis en Comité eau et assainissement (C.E.A.), les villageois deviennent des utilisateurs-propriétaires. Chaque foyer verse environ 0,35 €/mois pour accéder à l’eau potable. Ce tarif, adapté à la grande pauvreté, couvre l’entretien des installations, les indemnités des techniciens et chefs de bornes, et garantit l’amortissement des infrastructures financées par nos partenaires.

Des programmes de défense et de restauration des sols sont réalisés systématiquement, pour conserver la qualité et la quantité d’eau à exploiter, par le reboisement et la réalisation de courbes des niveaux.

Adoptez une école… et le village décolle ! Pour toute question contactez-nous au 09 67 35 35 65 / 06 66 03 38 57 ou contactez-nous par mail : contact@vozama.org
Mentions légales - @ Vozama 2015